Ce n’est pas le Seraing que l’on veut voir, ce n’est pas le Seraing que l’on aime.

Vendredi soir, le derby wallon n’a pas livré le verdict que l’on espérait. Sur le terrain, mais aussi dans les tribunes.

La rencontre à l’Union Saint-Gilloise avait démontré que rien n’est jamais acquis dans le sport et, comme nous l’avions déjà écrit, c’est aussi cela qui fait son charme. Ne jamais abdiquer, y croire jusqu’à la dernière minute, garder la foi, celle qui peut renverser des montagnes ou inverser des marquoirs, tout donner, ne rien lâcher. Se serrer les coudes, aider son partenaire, rendre fiers ses supporters, savourer chaque instant sur une pelouse en se rendant compte du privilège dont l’on jouit de vivre de sa passion. C’est cela que l’on attend d’un Métallo sur le terrain. Qu’il montre l’exemple, avec courage et abnégation, en se rappelant que beaucoup de supporters se serrent la ceinture pour être présents au stade.

Le Sporting de Charleroi a mérité sa victoire, c’est incontestable. Nos joueurs avaient reçu un uppercut à Bruxelles, ils ont été mis à terre cette fois par un but précoce des Carolos, qui n’ont jamais tremblé pour asseoir leur succès.

L’apprentissage de l’élite se poursuit. Il est ardu, mais le jeu en vaut la chandelle. Il faut s’accrocher, croire en ses capacités, en gardant la tête froide.

Dans les tribunes, nos supporters ont prouvé, depuis le début de la saison, qu’ils étaient derrière nos Rouge et Noir. Les gradins se remplissent, lentement mais sûrement, et nous sommes heureux de constater cet engouement.

Mais cette fois, lors du derby wallon de ce vendredi, des dérapages sont survenus et nous les regrettons amèrement. Ils émanent, comme souvent, d’une minorité. Ce n’est pas le Seraing que l’on veut voir.

Insulter l’adversaire, quand ce ne sont pas nos propres joueurs et notre staff qui sont victimes d’injures, ce n’est pas le Seraing que l’on veut voir.

Jeter de la bière en direction du coach adverse ou du quatrième arbitre, ce n’est pas le Seraing que l’on veut voir.

La direction du club présente ses plus sincères excuses aux personnes qui ont été touchées par ces projectiles et ces insultes intolérables, que l’on ne peut banaliser.

De nombreux jeunes étaient présents au stade, et nous sommes heureux et fiers qu’ils soutiennent nos Métallos : nous sommes par contre désolés qu’ils aient subi ces événements et assisté à ce triste spectacle, d’autant que des projectiles ont également été lancés dans le bloc où ils étaient majoritairement placés. Durant toute la semaine, nos formateurs s’évertuent à leur inculquer certaines valeurs et, comme des millions d’autres enfants, nos petits Métallos ont des étoiles dans les yeux quand ils pénètrent dans le stade. Nous avons le devoir de tout mettre en oeuvre pour qu’ils conservent le plus longtemps possible cette insouciance et cette envie d’accomplir leurs rêves.

Dans l’attente du rapport du match delegate, qui a consigné tous ces faits et que nous remercions pour sa collaboration durant toute la soirée, nous ne manquerons pas, en concertation avec les forces de l’ordre et les responsables de la sécurité, de faire le nécessaire pour que la lumière soit faite sur ces agissements regrettables.

Nous allons également renforcer le dialogue avec nos clubs de supporters afin d’améliorer l’organisation des rencontres et de limiter au maximum les risques de débordements.

Nous devons aussi, en tant que responsables du club, faire notre mea culpa et tenir compte des remarques constructives que nous recevons pour avancer dans la bonne direction pour que chacun ait envie de se rendre au Pairay pour passer un bon moment, dans la convivialité, la bienveillance et le respect.

Seraing est en D1A, vingt-cinq ans plus tard, et il faut mesurer cette chance, tous ensemble. Nous voulons encore pouvoir entendre de la bouche des habitués de l’élite qu’il fait bon vivre au Pairay !

La fiche technique

RFC Seraing : Dietsch; Sambu Mansoni (61e Faye), Boulenger, Nadrani, Poaty; Cissé, Bernier (88e D’Onofrio), Maziz (61e Marius), Jallow, Kilota (88e Cachbach), Mikautadze.

Sporting de Charleroi : Koffi; Van Cleemput, Knezevic, Andreou; Kayembe (71e Ferraro), Zorgane (88e Gillet), Ilaimaharitra, Gholizadeh (61e Zaroury), Tchachoua (61e Zedadka); Morioka, Nicholson (88e Bedia).

Arbitre : M. De Cremer.

Cartes jaunes : Bernier, Kilota, Boulenger, Kayembe.

Les buts : 9e Nicholson (0-1), 23e Gholizadeh (0-2), 51e Morioka (0-3), 87e Knezevic csc (1-3).