Notre club a étoffé son cadre administratif avec la nomination de Philippe Gilis (“avec un seul L” précise-t-il) en qualité de directeur général.

Touché lui aussi de près par l’épidémie qui sévit actuellement, il a été contraint de différer quelque peu son arrivée effective dans nos bureaux, mais il est désormais là et bien là. Prêt pour une nouvelle aventure !

Actif dans le monde du ballon rond durant plus de vingt années dans le domaine financier au Standard de Liège, il connaît parfaitement les rouages d’un club professionnel et son expérience constituera à n’en point douter un sérieux atout pour nos Métallos.

Nous lui avons donné la parole afin de faire mieux connaissance…

J’ai 61 ans et j’habite à Ans. J’ai donc travaillé plus de vingt ans au Standard en tant que comptable. Je connais Mario Franchi depuis au moins vingt-cinq ans et je suis venu à de nombreuses reprises au Pairay en compagnie de mon grand ami Dominique D’Onofrio, dont l’absence continue de laisser un vide immense.”

“Avant de découvrir professionnellement le monde du foot, j’étais actif au sein d’une grande entreprise de construction et puis l’opportunité de rejoindre le Standard s’est présentée. Quand on a connu de l’intérieur la vie d’un club de foot, il est difficile de s’en détacher, même si c’est un milieu parfois compliqué. Mais c’est avant tout une passion. Mes contacts avec Mario Franchi pour rejoindre Seraing remontent au mois de juillet dernier. Le projet m’a séduit.”

Je connais l’environnement et plusieurs personnes actives au club. Je suis là pour aider le club à franchir un palier et pour le structurer davantage. Je pense pouvoir dire que je dispose d’une certaine expertise en la matière, même si je ne suis pas non plus expert dans toutes les matières…Je suis quelqu’un qui préfère travailler dans la discrétion. Pour le moment, j’apprends, je découvre et j’écoute d’abord tous ceux qui font vivre le club au quotidien. Vous savez, on apprend à tout âge !”

Au niveau sportif, le début de saison de l’équipe est idéal. Pourvu que cela dure évidemment ! La région liégeoise a connu trois équipes au plus haut niveau de la hiérarchie nationale et c’était une époque formidable. J’ignore bien sûr si cela sera à nouveau possible un jour, mais nous ferons tout pour aider Seraing à retrouver cette position. Pour y arriver, l’aide de Metz sera capitale, car nul n’ignore que les moyens financiers nécessaires pour se maintenir en D1A sont encore bien plus conséquents. J’entretiens d’excellentes relations avec Bernard Serin, un homme d’une grande valeur humaine.”

“Notre objectif sportif ? Le maintien était l’ambition avouée au début de la saison. On sait que l’appétit vient en mangeant, mais je laisse le soin aux décideurs sportifs de se pencher sur la question (rires). Il y a sans doute un beau coup à jouer, mais chaque chose en son temps. Il est surtout essentiel que chacun puisse se développer harmonieusement dans le projet du club.”

“Ce que m’inspire Seraing-Standard en Coupe ? …Disons que ce sera un match…intéressant ! (rires). J’ai passé des moments merveilleux au Standard, avec notamment ce premier titre de champion de Belgique ou ces rencontres de Champions League. Je me souviens aussi des premiers pas d’Axel Witsel sur le terrain ou à mes côtés au bureau, lorsqu’il effectuait un…stage de comptable dans le cadre de ses études. Il en parcouru du chemin depuis, mais il est toujours resté le même, avec la tête sur les épaules.”

“Pour conclure, je dirais simplement que je suis très motivé par cette nouvelle expérience et que j’espère que nous allons réussir quelque chose de bien ensemble !”

Bienvenue au RFC Seraing, Monsieur Gilis !