Pour cette nouvelle année et ce nouveau numéro de notre rubrique « Vintage », nous sommes allés à la rencontre d’Alain Bettagno. C’est avec une grande disponibilité que notre ancien médian et coach a répondu à nos nombreuses questions. C’est à lire ci-dessous sans plus tarder.  

Alain, comment vas-tu ? As-tu été́ épargné par ce foutu virus ?  

Très bien, merci. Je n’ai pas eu de souci avec la Covid, je touche du bois… Ni moi ni mes proches n’avons eu de problème. Tout s’est bien passé pour l’instant.  

En manque de foot, je suppose ? 

Bien sûr ! Comme pour de nombreuses personnes. On a envie de reprendre, mais je pense malheureusement que ce n’est pas pour tout de suite. Si les coiffeurs, les restaurants et les cafés ne rouvrent pas, je ne vois pas pourquoi on rouvrirait les buvettes de foot. Et sans buvette pour les clubs amateurs, c’est invivable. Donc, à mon avis, ils déclareront une saison blanche (ndlr : ce qui a effectivement été décidé par les instances fédérales ce lundi).

Si maintenant, je te dis RFC Seraing, à quoi penses-tu en premier lieu ?  

On va dire à toute ma jeunesse. C’est mon club formateur dans lequel j’ai débuté́ à 8 ans, et à 17 ans, j’étais en équipe première en division 1. C’est le club qui m’a lancé en division 1, c’est le club qui m’a formé, que de bons souvenirs !

Justement, quel est ton plus beau souvenir sous la vareuse rouge et noir ?  

Mon premier but en division 1 ! C’était Malines – Seraing avec un certain Michel Preud’homme dans les buts adverses. Et puis la saison qui a suivi où on était descendu en division 2, avec uniquement des jeunes, mais on a réussi à se sauver. C’était un exploit. J’ai terminé meilleur buteur par la même occasion !  

Et en tant qu’entraîneur ?  

Lorsque j’ai repris, Seraing était en grosse difficulté́ en janvier-février. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à nous sauver, mais la saison d’après, j’ai reconstruit une équipe et j’ai joué le tour final pour retrouver la division 3. Mais à cette époque-là, il y avait de nombreux problèmes financiers et les joueurs se sont dispersés. C’était malgré́ tout une saison magnifique sur le plan humain.  

Quel est le joueur qui t’a le plus impressionné ? 

Je n’ai pas connu l’époque brésilienne car moi, c’était bien avant. Mais très honnêtement, j’ai joué avec de très nombreux joueurs, mais pas un ne sort véritablement du lot. C’était tous de très bons gars.  

Que penses-tu du renouveau du RFC Seraing ?  

C’est très bien pour la région ! Il y a 25 ans, il y avait trois clubs en D1. Et maintenant, il ne reste plus que le Standard. Mais le fait de voir Seraing jouer le haut de tableau est quelque chose de magnifique pour la région. Voir que Seraing a des projets, des ambitions, alors qu’il y a quelques années, il n’y avait plus rien de tout ca, je trouve cela vraiment bien. Et s’ils pouvaient se glisser en D1 dans les deux-trois saisons à venir, ça serait génial de pouvoir retrouver des derbys Standard-RFC Seraing.  

Justement… Rejoindre la Jupiler Pro League à court terme est envisageable selon toi ?  

Avec la saison qu’ils effectuent, ils sont vraiment à la porte ici. Il y a l’Union Saint-Gilloise devant eux qui survole le championnat, mais ils ne sont pas très loin non plus ! Mais donc, pourquoi pas avec l’un ou l’autre renfort viser cet objectif-là. Je pense qu’ils ont les moyens et possèdent de belles installations qui vont mêmes être transformées je pense. Y’a que du positif et de bonnes nouvelles pour le club, faut continuer de la sorte, mais ne pas s’endormir ! Ce n’est pas parce qu’on est tout proche que c’est arrivé…  

Prochainement, il y aura un certain RFC Seraing – Standard de Liège… Que représente pour toi cette rencontre de Coupe de Belgique ?  

En tant que joueur, je ne l’ai jouée qu’une fois. Le match aller, c’était Seraing-Standard et je ne l’ai pas disputée. Par contre, j’étais présent pour le retour, et c’est moi qui offre la victoire… au Standard grâce à mon but. Plein de beaux souvenirs, surtout pour les spectateurs. Le seul regret que l’on peut avoir lors de ces affiches en Coupe de Belgique, c’est que les supporters ne seront malheureusement pas présents au stade. Sinon, on aurait eu la chance de voir le Pairay rempli à massacre à mon avis.  

Un pronostic ?  

J’avais pronostiqué un 0-0 vu la méforme du Standard et la bonne spirale du RFC Seraing. Mais depuis lors, cela a bougé au Standard… Mais voilà, pour Seraing tout est possible, car le Standard ne joue spécialement pas très bien. Je vais donc maintenir mon score de 0-0 après 90 minutes. Mais je pense que le Standard émergera au terme de cette partie.  

Tu es coach du RFC Seraing l’espace d’une rencontre. Quel serait ton onze de base idéal historique sur base des joueurs que tu as côtoyés comme équipiers ou lorsque tu étais entraîneur des Métallos ?Que pouvons-nous te souhaiter footballistiquement ? 

C’est de remonter le plus rapidement possible en nationale avec mon club de Tilleur. Mais ce qui manque le plus, c’est de se retrouver la semaine, le week-end, refaire le match à la buvette et de boire un bon pot tous ensemble. C’est la convivialité́ de la provinciale qui manque surtout ! Car plus tu montes en nationale et plus c’est compliqué…